Dora Doulebov

Je suis née à Gvardeysk, le 30 janvier 1882. J'habite à Moscou aujourd'hui, et je vis pour la liberté de tous les peuples sous le grand duc Sergei Alexandrovich, la science, et mon amour, Yanek. J'ai un petit frère, Boris, que j'aime beaucoup, et une âme sœur, Natalia. Mes parents, Olga et Vladimir sont mes héros, et tous que je fais pour la Russie, je fais pour ma famille. Il est important que je défende l'intégrité et la liberité des peuples.

Avant que j'ai commencé ma travaille révolutionnaire, je pense que j'étais une fille normale. Ma meilleure amie était, et demeure, Natalia. Elle est comme 'une soeur à moi. Quand j'avais 12 ans, j'ai commencé mon emplois à la boulangerie de mes parents. C'était là que j'aie trouvé mon amour de la chimie. Mais au Gvardeysk il n'y a pas beaucoup de chances pour une jeune fille qui doit être une chimiste. Mes parents me disent toujours qu'il soit essentiel que je suive mes rêves, ainsi, quand j'avais 18 ans, je l'ai quitté pour Moscou, plus que 1200 km l'est de ma petite ville. Je ne pense pas, si j'avais resté au Gvardeysk, que j'ai pu réussir comme je l'ai.

Je suis ancienne de l'Université de Königsberg (Go Titans!), dans la programme de chimie, et c'était probablement les meilleures années de ma vie. Durant ces années, j'ai rencontré mes frères dans la liberité, Yanek, Boria, Alexis, Stephan, et Shweitzer (RIP mon ami), et nous nous avons enregistré dans une groupe révolutionnaire pour libérer la Russie et protèger notre pays pour nos familles et leurs futures. Nous étions les criminels, mais nous étions les criminels contre la malfaisance de l'oppression, ainsi je suis fière d'être une criminelle. C'est terrible que nous ayons besoin, mais nous combattons pour les peuples qui ne peuvent pas.

C'est étrange quand je pense de comment, si j'ai decidé de rester au Gvardeysk, je ne rencontrerais jamais mon amour, Yanek. Mais aussi, si je n'ai jamais allé à Moscou, et si je n'ai jamais allé à l'Université de Königsberg, Yanek serais vivant aujourd'hui. Mais mon Yanek n'était pas un jeune homme ordinaire. Je savais dans mon coeur qu'il était destiné d'être un révolutionnaire. C'est terrible qu'il ait assassiné, mais je sais qu'il était assassiné pour sa cause, mais c'était la morte la plus honérable pour lui.