Ivan Kaliayev

Russia

Je vous écris d'une cellule de prison en attente de ma mort.
Je me rends compte que peut-être c'était une façon décourageant de commencer mon histoire, alors je vais reculer un peu.
Mon nom est Ivan Kaliayev, mais je suis plus connu comme Yanek. Je travaille pour l'Organisation; un groupe révolutionnaire d'extrémistes anti-Poutine. Avant de devenir un terroriste, je suis venu d'un milieu modeste. Ma mère était polonaise et mon père était un membre de la police russe. Je suis né et a grandi à Varsovie, en Pologne. Puis j'ai déménagé à Saint-Pétersbourg, en Russie pour étudier à l'Université. Je suis l'aîné de cinq enfants et mes parents ne me laissent jamais oublier que je dois montrer le bon exemple à mes frères et sœurs. Donc, quand je suis parti pour la Russe, j'ai essayé vraiment dur d'être l'image de la perfection en provoquent aucun problème. Mais avec toute la corruption et la pauvreté autour de moi, je l'ai trouvé plus en plus difficile d'ignorer la douleur et la souffrance de mes concitoyens.
Ma mission de rendre justice à tous la Russie a commencé un mercredi matin, quand je suis tombé sur cette ligne: "Peace is the only battle worth waging."
Cette phrase m'a sauté aux yeux pendant que je lisais un article titré: Après Hiroshima: Entre l'enfer et la raison, écrit par Albert Camus. Il été pendant le Décembre 2011; ma première année à l'Université de Saint-Pétersbourg, et aussi le début de manifestations anti-Poutine en Russie, quand j'ai lu cette ligne. C'est à ce moment que ma vie à changer.
Voici un peu d'histoire sur ce qui se passait en Russie à cette époque: Il était presque temps pour une nouvelle élection et notre président courant, Vladimir Poutine, venait d'annoncer qu'il serait un candidat pour la présidence, ENCORE. Beaucoup de Russes suspectés que les votes frauduleux étaient ce qui a remporté l'élection précédente pour Poutine, et pour cette raison, le 4 Décembre 2011, une manifestation anti-Poutine a eu lieu à Moscou. Les manifestants demandaient pour des élections justes, mais ce n'était que la pointe de l'iceberg. D'autres manifestations ont rapidement suivi, et la Russe est tombée dans un état de chaos. Je n'avais jamais vraiment considéré de rejoindre la lutte pour la justice, mais à ce moment-là, assis dans ma classe de littérature français tout en lisant cette ligne d'Albert Camus, j'ai réalisé que je devais devenir un révolutionnaire.

  • Education
    • Universite Saint-Petersburg