Michel Adelaïde

Nul doute que Michel Adélaïde puise son amour pour la gestion des structures et des hommes de son histoire familiale. Issue d’une fratrie de douze enfants, il a hérité d’un patrimoine patriarcal aux valeurs exemplaires. Depuis des décennies, il voue un solide engagement envers le domaine social et sportif.Michel Adélaïde est le petit-fils de Jules Adélaïde et de Pauline Jacota, tous deux nés en Guadeloupe, et mariés à Port-Louis en 1906. Respectivement, mécanicien-ajusteur et couturière, le couple entreprend parallèlement l’exploitation d’une boulangerie. De leur union nait le 10 août 1907 un fils, Amédée. La vie est heureuse pour le jeune garçon qui fréquente l’école communale de Port-Louis. Mais, en 1914, la Grande Guerre éclate et Jules Adélaïde décède le 12 janvier 1915, âgé de 38 ans.En 1916, la veuve et l’orphelin quittent alors Port-Louis pour s’installer à Pointe-à-Pitre. Le jeune Amédée parcourt le cycle de ses études primaires puis obtient son brevet élémentaire en 1924. Il entre ensuite au cours Normal du lycée Carnot où il est recruté en tant qu’élève maître et devient instituteur en 1927. Il a tout juste 20 ans. En 1928, le père de Michel Adélaïde est muté, puis titularisé à l’école de garçons de Capesterre de Guadeloupe pour y enseigner les mathématiques et les sciences aux élèves préparant le brevet élémentaire. Six ans plus tard, il est nommé directeur de l’établissement.En 1935, il épouse sa cousine, Tatiana Adélaïde. La jeune femme donne successivement naissance à trois enfants, Jules, Georges et Marie.En 1940, Amédée est nommé directeur de l’école de garçons de Moule. Il prend son poste en pleine guerre et est très vite sollicité par la mairie de la commune pour construire la cantine scolaire alimentant les deux écoles de la ville. L’amour du métier et du travail bien fait prévalent sur cette lourde tâche à entreprendre. D’autant plus que ce bâtiment s’impose : chaque jour, des dizaines d’enfants venant des campagnes environnantes parcourent de nombreux kilomètres à pied pour se rendre aux deux écoles du bourg.En 1947, Amédée crée la première colonie de vacances tout en assumant ses nombreuses responsabilités de directeur d’école. Sa femme lui apporte alors son aide en tant que bénévole. Durant leur séjour à Moule, de 1940 à 1949, naîtront trois fils, Samuel, Henri et Amédée. Puis, leurs deux autres fils, Michel et Jean-Pierre et quelques années plus tard quatre filles, Nicole, Hélène, Noëlle et Évelyne.En 1960, le père de Michel