Monna El Harame

Mother in Roma, Italia

Listen to my music

Il faudrait n'avoir jamais à s'expliquer sur qui l'on est, ce que l'on fait, où l'on habite, ce que l'on aime et qui nous donne cette sensation douce, illusoire, d'être vivant ou différent. il faudrait ne pouvoir aller dans la vie que fendant l'air, et la ville, et le temps, goûtant un vin, aimant un homme, une femme, donnant son corps pour un détail. il faudrait ne pouvoir faire que ça, confondre la vie au fond du rêve, l'écriture, un creuset merveilleux et puis qui n'aurait pas de nom. j'ai le coeur en marée. je voudrais pouvoir tout absorber de la lumière. j'aime la mer, la nuit, les oiseaux fous et les sources profondes. la couleur m'entre dans les yeux.