Yamina Benguigui

Paris - France

Yamina Benguigui

Paris - France

Yamina Benguigui voit le jour le 9 avril 1957 à Lille, au sein d’une fratrie de 6 enfants. Née Yamina Zora Belaïdi, elle est la fille d’un responsable du Mouvement National Algérien. Elle se fait connaître dans le monde du cinéma dès 1990 en travaillant comme assistante-réalisatrice pour Jean-Daniel Pollet. En collaborant avec Rachid Bouchareb, elle co-fonde avec lui la société de production Raya Film. Ils produiront plusieurs documentaires et le premier long metrage de Rachid Bouchareb.


Entre 1990 et 1991, Yamina Benguigui produit l’émission « Rencontres » sur France 3, qui évoque enfin les sujets relatifs aux communautés immigrées dans l’Hexagone. Militante, elle dénonce toutes les formes de racisme et de discrimination en réalisant des documentaires comme « Femmes d’Islam » (1994), « Mémoire d’immigrés » (1998) ou encore « Pimprenelle » (2000). Son premier long-métrage intitulé « Inch’Allah dimanche » est présenté en 2001 et reçoit le Grand Prix du Festival de Toronto. Très active à la télévision tout au long de sa carrière, elle a été l’animatrice, avec Gilles Schneider, de « Place de la République », débat citoyen sur France 2 diffusé en 2003. Pour la même chaîne, elle a animé « D’une rive à l’autre de la Méditerranée ».


Passionnée de musique et de culture, elle produit plusieurs documentaires en lien avec ces sujets dont « Kassav », « Rai » ou encore « Le petit Chartier ». Pour TV5Monde, à la demande de Serge Adda, elle a signé une cinquantaine de films courts sur la diversité culturelle et plusieurs documentaires pour France5 comme « Le plafond de verre » ou « Le jardin parfumé ».


Yamina Benguigui, à travers ses oeuvres et ses discours engagés, est connue pour son implication dans les mouvements concernant les droits des femmes musulmanes et les questions relatives à l’immigration maghrébine. Elle devient adjointe chargée des droits de l’Homme et de la lutte contre les discriminations à la mairie de Paris en 2008 aux côtés de Bertrand Delanoë. En 2012, elle est respectivement nommée par François Hollande ministre déléguée de la Francophonie et représentante personnelle du Chef de l’Etat auprès de l’OIF.